[]
#6

W

Rouleau d'écran de poésie
sous économie d'énergie
#6 • 05/16






Olga Theuriet

aire



virilité


virilité. De petits pantalons dotés d'un fourreau relevé vers l'avant comme un bec de flamant rose




corps


corps à baleines, crinolines, faux-culs pour poupées. Les poupées sont habillées comme les femmes de la cour. Sont-elles




de


de lettres dans son salon où il y avait des canapés en velours et une grande bibliothèque et




Elle


Elle




scènes


scènes de toilette du corps calligraphié, regarde la dilution de l'encre, salissure et déconcentration, des bleus de noir,




déshabillage


déshabillage récent d'une enseigne où était écrit Soutien-gorge YVETTE Lingerie met à nu la façade où derrière Lingerie apparaît CORSETS et derrière Soutien-gorge, rien.




La


La prochaine manif en sera par conséquent d'autant plus engagée : hétéros en colère, la robe dite du salon assorti de la Duchesse de la fatigue sous la table avec Monsieur, est




du


du tissu de son pantalon.




que


que l'objet prend au fil du temps image d'ascenseur entre les




tension


tension vers une saillie que serait l'exposition ou la représentation publique du geste, dont n'ai pas tant besoin que de l'exercer en résistance et c'est pourquoi je




lessive


lessive. La lessive c'est bien peut-être quand on est seul, on se fait du bien avec l'idée des draps frais lavés associée à cette espèce d'immaculée conception du repos que nous connaissons tous un jour ou l'autre après une saine fatigue par exemple à la campagne, le soir d'épuisement corporel on dort dans ce genre de chose, on ne fait pas, ou si peu, oui voilà les draps tout frais lavés c'est un truc pour être seul et peut-être penser à quelque chose de blanc une chemise ou un torchon et s'endormir dans cette idée de l'onanisme en pension,




peu


peu d'exemples. L'évolution de la langue a tendance à fermer ces voies parallèles dont forcément une prend un jour de l'avance jusqu'à distancier totalement l'autre ; on supprime la désuète et voilà. Abyme résiste probablement parce que c'est un mot fréquent en




brut


brut, mais la bordure fine.

Dit autrement : le débit de elle s'approche et de il écrit, en contre-courant permanent où c'est lui qui rame, la parole débitée comme on débite du bois, le bois de ses paroles et le courant de leurs affaires : le brut. N'importe quand, n'importe où placée, la matière frise, la gorge s'entend, la pomme d’Adam résonne, l'esquisse passe : la bordure.

Et là je ne parle que de la bande son.




réduit


réduit à l'état d'attardement entre deux dictionnaires - serre-joints de l'idéal romantique du savoir - et la découverte du mot tout autant que de la forme et de l'amertume. Aime l'amer




de


de l'angle dans nos vies, la fréquence d'observation de celui-ci jusque dans la lettre, le v qui est aussi le nom de la position des pieds des danseuses dite première position ou petit v pour les petites filles.




remarqué


remarqué que la peinture résistait bien aux lavages en machine. Mieux que le cambouis et




Jette


Jette un oeil




Olympia


Olympia a des impatiences.
Elle change de côté pour voir et voilà. Le travail.




Quatre


Quatre couleurs : noir (toute la gamme), bleu, rouge, blanc.
Rose est ailleurs.




Donc


Donc.

Sur cent cinquante-neuf (cent soixante moins deux effacés plus un mot compte double) tu as quatre mots français, dix-sept mots phonétiquement existants, trente-deux mots qui rappellent un autre mot ou une expression ou du Javanais, vingt-et-un mots qui ressemblent à un nom de médicament ou groupe de rock et six mots uniquement ridicules.

Le reste on ne sait pas trop où mettre, des choses qui pourraient peut-être avoir de l'allure, sur quelqu'un de grand ou alors en broche.

Une fleur à la boutonnière. Flûte à la main chez l'Ambassadeur.

Ou comme idée de prénom pour ton




L'homme


L'homme et l'homme ou l'homme dans l'homme dedans l'homme sur, sûr, sûr de lui ou acide comme peut l'être le fruit mal cueilli, par erreur ou trop vite.

La femme je ne sais pas. Il faut chercher.

Histoire de terre, d'aspects de la lune, il y a des cycles, et donc de la mémoire.

La femme putain ça y est je me souviens




Dentelle


Dentelle et tête c'est la même chose.

Dentelle c'est posé pour que ailleurs ne soit pas sans tête.

Ailleurs je ne sais pas ce que c'est.

Quelque chose est sous dentelle.




toit


toit brûlant




Musique


Musique non, on ne te fera pas l'affront de dire que tu connais, non, éphémère c'est quand la chose ne dure pas, c'est, comment dire, quand le jour finit que tu croyais qu'il ne finirait jamais et voilà tu te retrouves devant ton frigo vide avec ton chat et te demandes encore comment c'est possible une chose pareille le temps qui glisse sur les êtres, et les sentiments enquête j'enquête tu enquêtes il enquête du verbe au présent de l'indicatif tempête tragicomédie en cinq actes de William Shakespeare ou semi-opéra de Purcell et triomphe : voici une liste de sept mots. Trouve celui qui fait bizarre à Samantha.

Bête ; c'est quand même dingue le nombre de mots au mètre carré qui se terminent par -ête dans cette liste soi-disant tirée au sort. Soi-disant.




Belle


et maintenant qui




Donc


Donc mettons que tu t'appelles Samantha et qu'en regardant le rayon des t-shirts pour hommes tu tombes sur une de ces écharpes qu'on porte dans le désert pour se protéger des coups de soleil sur le dos des chameaux et que tu te dis, tiens, si j'en achetais une à Roger tout en sachant que c'est pas vraiment son genre et qu'il dira c'est pas grave t'as qu'à la garder pour toi et que tu sais déjà ce que tu feras avec et que tu ris intérieurement à la caisse quand la dame te dit ah c'est joli ça, j'aime bien.




près


près de la cheminée exactement là où tu dois absolument être vue prononçant la question une flûte à la main.

On s'en fout que t'aimes ça ou pas parce que ce qui compte c'est l'attitude toile de Jouy.

Vu ?




1978


1978-80. Une belle femme. Elle




pièces


pièces arrachées à de la corseterie. Une collection d'attaches de porte-jarretelles rose chair et des bordures à crochets rose pâle. Certaines en velours.




Et


Et elle ?

Elle a attendu.

Elle a attendu et il a fini par avoir moins de goût. Elle sait qu'il aime trop le loukoum pour risquer de le décevoir. Alors elle l'a remis dans son emballage et jeté dans une poubelle de train.




paraît


paraît qu'on fait aussi de la soie de moule avec leurs filaments tu sais qu'on arrache avant de les




phrases


phrases suspendues. Ici support rectangulaire blanc matérialisé par un trait tout fin de couleur grise qui fait l'impression d'écrire des petits tableaux, des petits machins qui sèchent, sur un fil, personne ne vient, sans doute que c'est pas encore le




des


des femmes debout devant des cheminées c'est quand même pas moi qui fais ces images, là, des bras d'hommes qui se maquillent dans des salles de bains pourries avec des gants de vaisselle, des savonnettes, et cette merveilleuse chambre toute en toile de Jouy et les hommes - je me répète pour le plaisir - en bras qui se maquillent devant des coiffeuses à volants, lapins qui écorchent les légendes les plus




comprenez


comprenez vos mains vos gants de vaisselle votre quincaillerie là que j'ai vu, je ne sais plus bien, mais c'était beau, les choses en plastique, les animaux à l'état animal, tout ça, oui, mais peut-être pas en même




et


et on ne peut y mettre la langue que dans un sens obligatoire et plus on avance dans l'écriture plus le texte s'éloigne de cette matérialité sensible qui finira par




Hugo Pernet

Régime




c'est un système de valeurs, les bananes
quelqu'un a du les manger

offrez un billet de 100 €
à un chat
il n'en fera rien
c'est ce que j'appelle un système de valeurs

je n’ai aucune idée de ce qu’est un système de valeurs
joue avec ton chat
ne joue pas avec







les poèmes avec des bébés sont petits
les poèmes avec des chats sont petits (fun)
les poèmes avec des bébés chats sont très petits
les poèmes sans bébés et sans chats sont très grands
(n’existent pas)







les bébés et les chats sont faciles à prévoir
mais difficiles à éviter

ne dit aucun proverbe connu
le début d'un poème réel

comme le sucre
parfois nécessaire

la poésie est mauvaise
pour la santé







Chers Tous, j'ai mal au gros orteil du pied gauche et je veux que tout le monde le sache.







il n'y a rien à expliquer
la poésie est sans pouvoir
et je veux que tout le monde le sache




Samuel Rochery

Suite Mami Wata


I. Mami Wata et les bibliothèques

Si un livre de cuisine n’est pas un livre
de poésie pour vous, nous disait Mami Wata,
je dis c’est bien, mais
vous manquez une occasion intéressante
d'être impur :
nivraimentcuisiniernivraimentpoète.
Là on est bien.
Ce n'est pas que l’idéal soit
d’avoir le cul
entre deux chaises : seulement,
on ne vous demande pas de choisir votre camp,
poésie ou cuisine. On ne vous demande rien, d'ailleurs.
Personne ne vous demande rien.
Une fois que les choses sont en ordre,
le livre de Mallarmé sous un pied du meuble
de la bibliothèque cale la somme
des esprits, le bouillon de carpe
retourne au frigo et Mallarmé
dans son rayon, à la lettre M.,
avec les autres poètes
de la lettre M. (moins votre édition originale
du Coup de dé, donc) -

vous pouvez commencer à déranger la comédie.



II. Mami Wata et les deux inquiétudes

Il y a deux manières de s’inquiéter dans une langue.

a) On s’inquiète
comme on tance
l’idiome qui pointe
(le romancier a peur
pour l’avenir
de la transparence,
mais en même temps :
il se dit parfois qu’il faut graisser
la police
pour simuler un trouble).
La vie littéraire =
s’inquiéter pour l’avenir
de la simulation.

Ou alors, b) : on s’inquiète
comme on décide de croire
que les sirènes romanesques n’existent pas,
et que le chant d’un monde
n’est pas aussi limpide que la peau aquatique
d’une Mami Wata - pidgin
africain pour mommy water,
esprit aquatique initialement associé
à la femme blanche aux longs cheveux
venue d’Europe, mais aussi
à une charmeuse de serpent hindoue
(Cf. Masque Chirac et danse de Gaulle,
images rituelles du Blanc au Gabon

par Julien Bonhomme,
in Gradhiva
no 11, 2010). OK.

En littérature, la syntaxe
comme les histoires de masque
font une cérémonie
pour des mots
qui n'existent pas
en chair
et en os (sirènes
d’une longue prose
sans coupe).

Est-ce la vie littéraire de Mami Wata ?

Non.

Mais personne n'échappe vraiment
à cette illusion.

Maintenant :
entre coller à l'illusion
et se poser des questions au sujet
du nom de Mami Wata,
il y a une différence de gomina
ou de méthode
qui s'appelle, peut-être, écart de poésie.



III. Mami Wata et le nom de la transparence

Il y a une forte personnalité de conte
dans les lettres
de mon nom :

MAMI WATA

(titre de tous les livres marins du monde)

Et voici l’équation
de notre communauté :

Cuisine
d’une sirène
+
poème
du bâton
de manioc
dans la bouche
=
langage.

Et voici notre combat :

les mains orales
ne veulent pourrir
dans aucun livre aux couleurs
du fleuve imité
par les bibliothèques.



IV. Mami Wata et le premier écart de poésie

Mami Wata disait :
le premier écart de poésie
est toujours
sonore et baptiseur.

Mommy Water ->
Mami Wata.

L’histoire de Mami Wata
n’est donc celle
ni d’une sirène européenne,
ni d’une charmeuse de serpent,
ni d’un esprit aquatique.

Elle est l’histoire de ce grumeau
qui nomme l’érudition sonore
de nos bouches opaques.

Et c’est bien ainsi
qu’on peut l’entendre
racontée par l’ensemble d’une forêt.




CL Young

Quatre poèmes

Traduit de l'américain par Samuel Rochery



HISTOIRE

ma mère tint un stylo
si fort qu’il explosa

je suis tellement plus
que ce que je voulais
être



TERRE

de tout ce que nous promettons combien
de choses fondées sur du concret

je n’ai jamais été avec toi
pendant les repas

tu es droitier
et je suis fatiguée

d’être cette planète qui tourne
et tourne autour des jours en sens inverse

je me demande combien de personnes ne meurent pas
Claire habite Los Angeles et ne conduit pas

elle devient folle
me demande d’avaler mon petit déjeuner

les gens essaient toujours de me demander
de me mettre dans leur peau

comme une solution
comme une cellule

ils parlent de l’air
entre l’air

ils parlent d’atomes
sans vraiment les toucher

mon corps a passé
la majeure partie de la vie endormi

près de toi
c’est possible de savoir

comment était le ciel
le jour où je suis née



APRES LA PLUIE LES ARBRES CONTINUENT DE PLEUVOIR

je marche au-dessus de l’I-5 et ça va bien
tout le monde d’un coup va bien

on bouge à travers
ce squelette

ça me réjouit
de penser que je pourrais mourir

n’importe quand
avec tout le monde

savoir
juste ce qu’il faut faire

on m’a dit qu’on bouge
parce qu’on a fait trop de mal

on bouge ici pour être bercé
dans la forme juste des bras

ça m’a pris 26 ans pour remarquer
que c’est le printemps et quand les hommes viennent

avec des souffleuses à feuilles pour dégager
les fleurs tombées je hurle

ça vous amuse
de les emporter avec vous

contusionnées de noir
et pas encore mortes



L'ACADEMIE

l’océan
c’est loin
alors je me focalise
sur le haut des murs
j’essaie d’imaginer
que l’eau
est possible
que je suis
encore
sous
le soleil
que la lumière
de l’ampoule
est chaude
sur la joue
des idées de mort
de Plath
et Maggie
n’écrit pas
de poèmes parce que
c’est devenu des maths les poèmes
j’ai la mâchoire
bloquée
à force d'inspirer
la voix
de mes amants
seule
je vais devenir
rien du tout
un moment
0 voix aspirée
0 sel de la peau
0 Belle
le Parapluie
des Garçons
Américains
0 gorge
0 sang
0 Judas
0 combinaison
0 passeport
0 anniversaire
0 THEATRE
du divertissement
j’ai mangé
de tes fruits
tombés
tous


Poèmes paru sur le site Poor Claudia



Damien Bonneau

Psaumes, 3




Psaume 135

1. Dans l’après-midi, des milliers de jeunes en majorité doivent régler le problème des déchets.
2. La crise des ordures politiques enfle plus de blessés dans de nouveaux heurts.
3. Des milliers d’enfants n’ont pas été enregistrés pendant l’épidémie.
4. Ils ont jeté des projectiles, pierres et bouteilles remplies de sable.
5. D’autres incommodés et pris en charge, pour la première fois sans chef
6. sont paralysés par les divisions, écartelés entre deux coalitions.
7. Des piscines et des lacs pris d’assaut pour suffocation ou fractures.
8. L’eau est alors le remède le plus efficace pour atténuer l’effet.
9. Les agriculteurs, eux, voient leur fruit partir partiellement avec agences.
10. Les fruits interdits sur le territoire ne seront plus renvoyés à l’expéditeur mais détruits.
11. « Vous n’allez pas à l’hôpital pour un traitement si vous ne savez pas quand votre enfant est né”.
12. C’est la déclaration du secrétaire d‘État lors d’un sommet dominé par les tensions.
13. Il est accusé de mener d’énormes opérations de remblaiement pour gagner du terrain.
14. Il a appelé à se réunir rapidement pour paralyser les institutions.
15. Cette région est un carrefour de routes vitales et elle recèle des réserves qui attisent.
16. Par ailleurs, dont grièvement, selon une source de sécurité, de nouveau désolidarisé.
17. Les échauffourées se poursuivaient vers 20H00 GMT, mais avec moins d’intensité.
18. Des tirs ont également été entendus – Tous ensemble –.
19. “Je suis disposé à vous écouter et à m’asseoir avec vous”, a-t-il lancé
20. Sur des vidéos postées, on voit des forces tirer en l’air et battre.
21. Mais la question est beaucoup plus importante que cette goutte d’eau.


Psaume 137

1. Super flumina, à perte tu courais, poupée seule tu pleurais, te remémorant ce qui fut tien, sien, puis rien.
2. On est arrivé quand le soleil était à peu près à cet endroit.
3. Les vieux se sont assis sur l’herbe, bien sûr ; les jeunes sur le banc.
4. C’est la première fois qu’un avion d’ailleurs laisse ainsi sa traînée d’onde.
5. On n’oublie ainsi jamais ce qu’on a emprunté et tes pieds me font souffrir
6. Que le soleil passe derrière cet arbre et que je voie cet arbre !
7. Ta mère aussi plâtrait les murs de sa façade à l’époque des officines.
8. Méfie-toi donc des sosies, comme de l’ombre du danseur qui tombe au premier mot vu
9. Il est, dans l’absolu, permis de tricher : ta paume est l’assiette, l’assise du cercle.


Psaume 139

1. Selon un bilan officieux, les violences ont déjà fait des morts.
2. Le numéro un estime que 11 millions sont concernés et prévoit une réserve pour faire face.
3. Plus de quelques personnes ont conspué le terrorisme des rebelles dimanche.
4. L’heure n’est plus au show mais à la gestion de crise.
5. Le constructeur tente de limiter l’impact de sa tricherie.
6. Les propriétaires se sentent trahis, ébranlés aussi par la révélation sanitaire.
7. Le scandale est un séisme de problèmes respiratoires et de maladies cardiovasculaires.
8. Les enjeux sont donc une réaction en chaîne de quoi faire trembler les autorités.
9. Une onde de choc pour faire le point sur cette crise.
10. Fleuron de l’industrie avec son slogan, elle voit son image sérieusement atteinte.
11. On en reparlera, mais pour le moment c’est le jour et la nuit.
12. Imaginez qu’en faisant, avec ça, vous faites.
13. C’est incroyablement bas ! On ne peut pas comparer.
14. On ne peut s’échapper pour l’instant, on n’a pas les solutions techniques suffisantes.
15. Les émissions responsables ont promis de continuer d’anéantir les camps de la guérilla.
16. L’aviation a mené ces dernières semaines plusieurs frappes contre ces bases.
17. La réussite a privé le parti et douché les espoirs de renforcer ses pouvoirs.
18. Ceux qui veulent diviser sont des traîtres, jusqu‘à ce qu’ils déposent les armes.
19. Nous sommes derrière lui parce qu’il défend notre drapeau.
20. Les détracteurs l’accusent d’attiser les tensions nées entre l’armée.
21. L’escalade a mis un terme aux discussions, impossible d’y voir à plus de cinquante mètres.
22. Des incendies volontaires pour la culture d’huile de palme font régner une atmosphère.
23. Cet immense nuage de cendres a perturbé les vols et entraîné la fermeture d’écoles.
24. Nous avons de l’espoir pour les élections à venir, a estimé un septuagénaire à la retraite.


Psaume 144

1. Sur le terrain, plusieurs s’interrogent aussi, ainsi ces manifestants.
2. Le nombre de personnes ayant traversé pour rallier s’élève.
3. Les deux principaux d’arrivée la plupart du temps posent des problèmes de transit.
4. Mais des études montrent que cette main d’œuvre est bénéfique.
5. Enfin, au menu de notre rubrique, l’événement la semaine prochaine !
6. Un grand nombre a encouragé à faire mieux et cela m’a rempli d’optimisme.
7. Nous ne prévoyons pas. Nous voulons.
8. Pour l’heure, aucun chiffre n’a été avancé sur le nombre.
9. Pour rappel, ce petit ne fait pas partie de l’espace.
10. Comment assurer une meilleure sécurité dans l’attentat déjoué ?
11. Le massacre qu’il aurait pu commettre a mis en lumière le besoin parmi les pistes.
12. Le groupe a mutilé le corps de l’ex-patron après l’avoir exécuté puis pendu à un poteau.
13. Des habitants m’ont dit qu’on avait découpé en morceaux le corps de mon père.
14. Les cousins qui travaillent au service des antiquités m’ont dit aussi perpétré par des barbares.
15. Auparavant enlevé pendant une semaine, à la recherche d’une cachette où se trouverait de l’or.



Delphine Binos





Delphine Binos est vidéatse. Elle vit et travaille à Paris.



Pawnshop poésie

Extrait (2)

he took it
to go where
he couldn't see
the rest of his life

il accumulait les repas en carton
du congélateur aux vidanges
c'était un moindre mal dans l'ordre
des choses who gives a fuck
about recycling
y paraît même qu'y a pu aucun centre
de tri sur l'île pis que tout finit
par finir

backyard drummondville





elle rub son rhube
maganée aux quarts
de piasses flipped out
shuffling hands creep
comme un gratteux qu'on s'arrache

la machine a trop vomi
pour qu'elle puisse se refaire
un corps effiloché
for a fistful of dollars
un gars qui ressemble
à Clint Eastwood
complètement weedé





all she wishes pour sa fin
baby hit and run
la wettitude court circuitée
pour un peu plus de luck
ou un autre round

drainer le luxe d'un cum spell
sur les tracks de l'est
se sentir out end in

une dernière touche
sous les vagues rouges
drapée d'une feuille blanche syndrome
from stockholm to preach again
dressée à souhait
comme une autre
extatique sexteasée





souricière de danse mal faite
le club en elle s'était levé
mardi venait juste de quitter sa face
les joints du monde tirés en pleine tête
pour l'amour du blush

le trottoir se refaisait

une bonté accueillant l'aiguille du talon

entre ses couvertures en nids de chicks

gouttières fardées chèques rebondissants

le quartier junk fed se votait dans l'isoloir

une danse à dix

elle peignait ses doigts d'essence
just in case le dancefloor brûlerait
tonight elle sort
et sera sa seule
chum de filles





elle dystopise à fond
costco lasagne happy birthday
dix-sept hivers juste
deux jours pour se finir
resident evil 4

repas complet down her throat

la fierté kickée sous le baptistère

scratch son nom

dad s’efface comme l'odeur du bon jack

easy headshot

fucking zombie this is 2004 

pis live là she’s

the boss

rien qu’une question
c’est tu à soir
qui rentre deep
n’delicious pas assez de chandelles
emergency exit pour encore
hope
respawn





joliette enroll
pas mal jeune

crew de bums de 16 ans
playing drum sur les murs du hallway

si minces qu'on pourrait les rouler

ou entendre le puff puff

qui se passe
quand ils attendent leurs chums

les kids s'outsmokent

faut pas se surprendre

c'est parce qu'ils sont tombés dedans

la neige quand ils étaient petits

brillait à l'année longue





trois quatre billets verts pour wrap up
du love de seconde main
la banque fait sa hard to get
en feignant le peu d'intérêt qu'il faut
pour se saigner la dépression saisonnière
dans une hallmark qui joue last christmas

ses parents l'aiment à grand coup de tourtière
pc et de boîtes cadeau vertes
en solde à deux minutes de faire semblant
d'avoir encore le sourire du snowman
prêts à monter sur la scène
d'un autre party de famille
où après un shot au gingerbread
matante t'offre ce doux reminder
que tu t'en calices


Poèmes parus sur la page facebook de Pawnshop Poésie

Dan Chelotti

Montre

Traduit de l'américain par Samuel Rochery

Sauf moments exceptionnels
Et seulement sous un bon jour,
Je ne vois pas complètement ces choses
Que j’aime. Ca arrive,
Et c’est la raison pour laquelle les gens portent des montres.
Je n’ai pas de montre,
Mais j’aime penser
Que j’en possède une. En fait,
Acheter la montre ça me fait
Peur. J’entre dans le magasin.
Un suisse vient me voir.
Il dit que je serai content.
Je suis content. Je mets la montre.
Je suis incompréhensiblement chiant
Au téléphone avec ma mère.
Je regarde la montre.
Je regarde la montre et je suis bien.
Ce n’est pas le genre de bien-être
Qu’on sent quand on prend un bain chaud
Après une journée à pelleter le purin,
Ça s’en rapproche même pas. Sur l’échelle
Des choses qui font du bien,
Ça n’y entre qu’à peine. L’argument ultime
C’est que je vois rarement quoi que ce soit
Quand je te dis que je ne pense
A rien, rien de rien,
Tout concentré sur la route,
Le mur, la photo,
Là sous mes yeux,
D’Alan Ginsberg dans le train.
Et ça me brise un peu le cœur
Que de ne pas pouvoir te le dire,
Que c’est mon énigme,
Le brumeux, mais convaincant,
Mensonge qui colle les arbres au ciment.


Poème paru sur le site Country Music













Le son perdu

The sound of silence (hidden track)





Regarde !










Ce sixième numéro de Watts
a été achevé de coder
le 28 mai 2016,
sur l'ordinateur de Robert Watts.