[]



W

Rouleau d'écran de poésie indésirable
sous économie d'énergie
#18 • 02/19









Pompe infrarouge (en guise d'édito)



"La vie des dieux morts est-elle à la poésie
Ce que la sneaker est à la chaussure de sport ?

Une pompe de geek ?"

- Michael Jordan






Maude Pilon

Témoignage : un soleil




L'intuition du futur n'est pas un instant car elle dure plus longtemps que tous les instants. Nous avons un soleil en tête. Nous avons une tête amicale. La tête atteint la température spécifique à la communauté intérieure. L'intuition peut être nette et c'est une question d'arrêt de la vie. L'intuition est sans doute un soleil mat ou passé qui ne réchauffe plus – nous le savons, le savons-nous – et le sentiment profond est à venir, inéprouvé mais actuel. Encore immesurable, la durée a toujours été un type de convivialité molle. Toute phrase est une amitié. Puis, c'est comme si, d'une manière heureuse, nous options pour un vécu neutre dégageant l'amitié du reste de nous. Il faut nous croire parce qu'il faut nous croire.

J'observe une anatomie défaite par l'extraordinaire attestation primitive. J'étreins une imposante masse durable. La masse est durable – je le sais, le sais-je – car elle ne s'empire pas. C'est hier que je suis resté avec vous et c'est aujourd'hui que je demeure le seul à pouvoir témoigner :

Nous nous parlerons encore.

L'ambiguïté vient du fait que la tête est jaune.

J'aurais dû vous enlacer de manière vive. Mais j'obéis à l'intuition du futur de la tête jaune qui me gruge les membres capables avec sa bouche inacceptable. Je me reprends pour rien ; je bave désormais toujours.




Khalid El Morabethi

Tyler n’a pas le pollen qu’il mérite



Je pourrais être ton fils.

John est bleu comme Marla Singer.

Faut-il qu’on coupe ma tête ?

Quel bordel je peux être ? …voie orale, le foie, la dalle.

Miles dit que je vais bien et j’aime les hommes qui sont bleus comme Marla Singer.

Je pourrais être le fils de quelqu’un et je pourrais être le fils de Marie.

Je pourrais être le fils d’un homme qui a mal à la gorge, qui a des branches dans la gorge, qui a une aiguille dans la gorge, qui a une rose miniature dans la gorge, qui a une image dans la gorge, qui a John et Miles dans la gorge.

L’idée d’être John Coltrane et l’idée de penser toujours à Miles Davis.

L’idée d’être Miles Davis et l’idée de penser encore et toujours.

Je vais dire que je vais bien et je vais dire que Marla Singer est dans la tête.

Je me tiens là, la violence est dans la mâchoire et j’ai faim.

Je tiens parfaitement le volant de la voiture et c’est toi qui parle.

Il faut absolument conclure mais pas maintenant… pas maintenant, dit John. Donc pas maintenant, alors pas maintenant, dit Miles.

Je suis brandi par les mains de Marla Singer.

L’idée d’être un produit.

Faut-il qu’on coupe mes jambes ?

Miles est bleu comme Marla Singer.

Quelle est la signification ?

La nature, dit John.

Quelle est la signification ?

Un produit, dit Miles.

Nous serons vendus comme un produit de l’art, dit Miles.

C’est moi qui parle.

Je pense que je suis bleu à l’intérieur et Je pourrais être le fils d’un père qui ressemble à Miles et bleu comme Marla Singer.

La création est-elle passée par une hésitation ?

Je pourrais être le fils d’un végétarien qui peut s’assoir sans casser les chaises.

L’idée d’être dans le cerveau de John Coltrane et l’idée d’être entièrement Miles Davis.

Tyler qui est seul, qui est ému, qui est un événement.

Miles qui est seul, qui est ému, qui est un événement, qui est autour de la fête, qui est bien, qui va continuer.

John est grand, je ne peux pas lui désobéir, je ne peux pas fermer les yeux quand il parle.

Je ne sais pas si John hait Miles.

Il faut conclure mais pas maintenant dit Miles. Donc pas maintenant… Alors ça sera
un thriller ? Alors pas maintenant, dit John.

Quel bordel je peux être ? C’est drôle oui.

Les cheveux de John sont bleus comme Marla Singer.

Le regard de Miles est perdu dans l’espace

Miles pose des questions et toutes les réponses sont perdues dans l’espace.

Je pourrais être ton fils ou un singe perdu dans l’espace.

Je pourrais être le fils d’une étrange idée, venu d’ailleurs, une pensée créée dans le vide, une personne créée dans l’espace.

John boit du thé.

Darwin est bleu comme Marla Singer.

Miles pense qu’il peut être un bon père, il ne hait pas john.

Faut-il couper la ficelle ?

Je pense que je ne suis pas ici pour choisir.

Je vais trop vite.

L’existence et les idées dans la maison dans la forêt dans la construction dans la psychanalyse de Tyler.

Faut-il attendre ?

Je suis heureux.

John pense que Marla Singer est définitivement la mère.

John sait que Miles peut être un bon père.

L’idée est grande.

coupez la ficelle.

Merci.

Et ça joue comme ça…jouons ça comme ça.

Et n’en parlons plus.





Lise Dougé

De l'air !



AU LIEU des douches
il y avait de l’orage
et au lieu des éclairs,
il y avait une cheminée
dans le ciel.




AU LIEU d’une chaise,
il y avait une table,
et au lieu
de dîner,
nous mesurions
la taille
d’un trou
dans le mur.




AU LIEU des abstractions,
j'ai posé
quelque chose
de concret, et
au lieu d’une chaise,
j’ai choisi une table
mais la table
personne n’y a touché
de toute la nuit.




AU LIEU de la tendresse,
j’ai choisi le travail,
et au lieu
de travailler,
je suis restée au lit
à me plaindre.




AU LIEU d'aller sous la couette,
nous avons pris un bain,
et l’éclair a réduit
en miettes
le château d’eau
tandis que nous dormions.




AU LIEU de me mettre à table,
je suis allée au château
et au lieu
de faire la grève
de la faim
j’ai dormi
dans le temps qu’il faisait.




AU LIEU du béton,
le trottoir était pavé
de trous, et
au lieu d'y dormir
je me suis faufilée
dans la nuit.


Poèmes extraits d'un atelier de recherche collective au sein des éditions Flattag



Amsetou Tafebe

Je ne prends pas l'avion en pirate de l'air


"Tout le monde peut voler ta langue."


0.

"Anticommando apoétique" – c'est sous ce nom
que j'entends ne pas faire
une fausse guerre dans les souterrains de ma langue.

D'ailleurs, je prends l'avion et je vous traduis.


1.

Chaque fois que je prends l'avion, je me dis:
il y a peut-être des gens qui voudraient
nous faire lire la poésie des aéroports.

La poésie aéroportuaire est internationale
et sûre, car elle est projetée sur des écrans.

C'est la seule chose sur laquelle vous pouvez compter,
dans des lieux inconnus et des cultures étrangères à la vôtre.

Elle peut être traduite dans n'importe quelle langue
sans perte sérieuse de sens.

On y parvient en composant des unités simples,
facilement compréhensibles,
qui peuvent être connectées les unes aux autres.

Les strophes sont reliées par des passerelles mobiles,
des ascenseurs très larges, des flèches au sol.

La signification de la poésie d'aéroport est inhérente
à l'idée ou au sentiment qui sous-tend le projet,
plutôt que générée par le langage,
dans la mesure où un terminal est censé exprimer une ouverture
et une extrême supposition – au contraire
de ce qui pourrait être dit dans un discours.



2.

La poésie aéroportuaire a meilleure mine de loin que de près.

Elle a l'air meilleure quand elle est planifiée plutôt que réalisée.

Située quelque part entre la ville et la campagne,
la poésie aéroportuaire se positionne
comme un compromis nécessaire entre les deux.

C'est sophistiqué mais "loin de tout",
comme une boîte de nuit
dans un village de retraités.

La poésie aéroportuaire est aussi claire
que le pictogramme d'une femme
sur la porte d'une toilette, et aussi optimiste
qu'un panneau d'évacuation.

L'auteur de poésie aéroportuaire
peut aborder n'importe quel sujet,
à condition qu'il soit approuvé – ou qu'il soit
en passe de l'être – par un aéroport,
local ou étranger.

La nature des avions n'a pas d'importance.

Hambourg comme Accra
donnent tous deux le permis de construire.



3.

Il est facile de se lancer dans la poésie des aéroports
si vous avez les bonnes références.

C'est une tâche frustrante et décourageante
si vous n'avez pas les bonnes références.

Toute personne qui fait des affaires (ou de la poésie)
dans un tel contexte peut atteindre le statut d'éventeur.

Je pourrais mentionner les noms de certains poètes,
mais, en réalité, les noms ne sont pas importants – seul le statut
d'éventeur universel est propre, pratique et ambitieux.

Contrairement à une maison, une pizzeria, une boutique
de fringues ou une piscine, un aéroport
n'existe pas lorsque vous n'y êtes pas.

La pensée «Je me demande
ce qui se passe à l'aéroport en ce moment»
est impossible.

La poésie aéroportuaire est une littérature
qui permet d'être présent dans un aéroport,
mais pas d'y réfléchir.

Il n'y a pas de «clients fidèles» dans un aéroport ;
il n'y a que les gens qui vont dans le même sens.

On ne fait la pub de personne dans un aéroport.

Le lecteur de poésie aéroportuaire est un passager
qui se dirige vers une autre destination.

La citation de poèmes aéroportuaires n'a pas de sens,
car elle dit toujours la même chose :

"Nous espérons que vous apprécierez votre voyage."


Poèmes extraits d'un atelier de recherche collective au sein des éditions Flattag




Michelle Wonja & Chloé Guezo

Changez l'oeil en explosif













Air Jordan
against
fascism !

air jordan
against
fascism !

air jordan
against
fascism !


Emmi Lebuffe

21 janvier - 13 mars 1997



(21 janvier 1997)

Dehors, dehors : grand dedans
Arbres, arbres : onze, treize
Ombres grandes, ombres grandes

Petit dehors : cils, cils
Trois fois trente : ongles, ongles
Grand dedans, grand dedans



(3 février 1997)

Sans lien jamais : entre bouche et reste
Un moi de hasard : enfile poids poreux

Sombre en corps : à corps sans corps
Sous tissu m’écrasant : nuage poussière

Qui n’est pas froid : n’est pas ici
Qui n’est pas ici : n’est pas toujours froid



(24 février 1997)

Ni salade, ni fricot : entre les deux, cousine
passe au travers : les yeux plissés
passe au travers

Ni saleté, ni pourtour : entre les deux, cousine
tombe dedans : les yeux ouverts
tombe dedans



(13 mars 1997)

Châssis, châssis : mal de tête
Tissu dur : à la pelle
Petits yeux, petits yeux

Planche de bois : boue, boue
Vitre cassée : poils, poils
Ferme les yeux, ferme les yeux



(sur un air inconnu)

La-la la-la la-la
la-la-la la-laaa
La-la la-la la-la
laa-la la-laaa
La-la la-la la-la
la-la-la la-laaa
La-la la-la la-la
laa-la-la la-laa la-la la-laaa
laa-la-la la-laa la-la la-laaaaaa




Samuel Rochery

La biquette est un poème qui n'existe pas



"Il y a vraiment des biquettes
chez certains poètes
qui me font devenir chèvre."

- Francis Ponge,
Le parti pris du remplacement des humains



" "

- Alphonse Daudet,
La chèvre insonorisée de monsieur Seguin (live)




1. Soyons clairs

La biquette est un poème
qui n'existe pas.

Le lecteur de la biquette est un ami.

Le lecteur de la biquette n'est pas
une circonvolution comme le loup.

Le lecteur de la biquette n'est pas
un spectateur comme le hérisson.

Hé, lecteur, sois plus clair.



2. Comment faire pour qu'elle existe ?

N'utilisez jamais le mot ensuite
comme une conjonction – pour cela,
nous avons les chevaux.

Lui substituer le et
est une non-réponse
paresseuse et bête,
sans solution, au problème
du nombre trop élevé
de chaînes
prédicatives dans l'enclos,

lorsque la vraie solution
consiste à sacrifier
un poney
et à le saigner
dans une strophe intercalaire.



3. Mais comment faire ?

Ecrivez à la troisième personne du couteau,
sauf si s’impose à vous une voix
vraiment distincte, à la première
personne de la biquette – auquel cas :

blottissez-vous contre elle
et envoyez tout
paître en vers
enflammés conventionnels.



(4. La question qui se pose pour le romancier

Lorsque l'information devient gratuite
et universellement accessible aux loups,
les recherches en vue
du roman sur une biquette
sont-elles proportionnellement dévaluées ?)



5. A part ça, comment faire ?

Oh, vous pouvez toujours conjuguer
le verbe galoper
à partir de phoques !

Ce sera d'autant plus illisible
qu'ils ne vivent pas
dans le même hémisphère
qu'un poney sacrificiel.



6. Allez,

lecteur, montre-toi
sous un nouveau jour.


Poème extrait d'un atelier de recherche collective au sein des éditions Flattag



Alexandre St-Onge

Que de morts



so se qu'est-ce qu'il
se ail
p-i-eu qu'le rêve









Côm ar corail
cette eace
                ympa î=â pass
C ve









oir lis alo uand
     ympale qu nnis
       -» justice









vent :
Col mort ;
   lance
lanc tie
la   rtie









ooir   ‘‘‘
 esc aris
ver la m
  squattant les enfants









arrête*
      sentence
.. . ..
      naissance









es u liv
pourf  in je
  uais ËîËE
  ma ire









mère_ sans









le tou plai.
Le si
IP cellen
changer









qu'i C
plante pas,
vraiment
prospect
solution









le sirop de caisse
la faire
chose pour _ chose
amour









la salle de la part
am
les chars sur  .  .


































La revendication perdue


Nous voulons
plus de poésie
indésirable.

Ce dix-huitième numéro de Watts a été achevé de coder le 16 février 2019, sur l'ordinateur de Robert Watts. Il paraît en même temps que la réédition, après celles de 2000, 2010 et 2014, de la mythique basket Jordan 6 Infrared, portée par Michael Jordan en 1991, durant la saison de son premier titre de champion de la NBA. Les néons sont infrarouges, en hommage à la sneaker. Le fond du site est composé de nubuck noir de première qualité.