[]
#22

W

Rouleau d'écran de poésie
sous économie d'énergie
#22 • 11/19







1. NAOMI WATTS ?

Lise Dougé & Chloé Guezo

Naomi allait ouvrir son frigo



1

Embue ton miroir tous la matins. Lis ce que tu y as écrit la veille avec les doigts. Cela concernait un rôle important.


2

Prends confiance en toi : tu portes les meilleurs tissus de fabrication chinoise ou indonésienne.


3

Invente-toi quelque chose de fiable qui donne envie d'aller brûler des calories en trollant
tous les scénarios prévisibles.


4

Quelque chose d'aveugle, de distrait et de mécanique, avec des vis assez souples. Si tu ne le fais pas, pense à faire une copie de tes intentions.


5

Ne rate pas une seule connerie dans la salle de projection. Tout ce qui est réel part de là.


6

Prévoir de jeter.
Prévoir d’enlever.
Prévoir de refuser.


7

Pense à la manière d’une nouvelle sensation dans l'organe central d'une pieuvre.


8

Dire la vérité, pieuvre
à l'appui. Combattre de tous les côtés
avec des simagrées solides.

Penser à t’inscrire
à un de ces groupes
de réflexion cinégénique sur les moulins.


9

Essayer de comprendre en quoi tu te sens concernée par ce qui se trame dans ta vie amoureuse quand tu n’es pas là.

Fuir toute responsabilité imaginaire.


10

Ferme le frigo
après chaque utilisation, Naomi.

Tu n'es pas la reine des neiges.






Giao David & Samuel Rochery

Le documentaire sur le Déluge



22. Tout ce qui avait respiration, souffle de vie dans ses narines, et qui était sur la terre sèche, mourut. 23. Tous les êtres qui étaient sur la face de la terre furent exterminés, depuis l'homme jusqu'au bétail, aux reptiles et aux oiseaux du ciel: ils furent exterminés de la terre. Il ne resta que Noé, et ce qui était avec lui dans l'arche. – (Genèse, 7, 22-23)



Ils faisaient un documentaire sur le Déluge, et n’avaient aucun film de la reine qui s’était noyée dans sa salle à manger. Une actrice allait devoir recréer la scène.

Durant les auditions, nous fut demandé d’improviser sur les pensées de la reine en train de lutter pour sa vie au milieu des assiettes en porcelaine, comme à Limoges.

Voilà ce que j’ai dit, moi, Naomi Watts.




(Rondeau Crevesalope)

<crevesalope> Sur la question de savoir pourquoi je suis en train de nager (autant que je le puisse), je ne sais plus quel philosophe a écrit : "Jamais je ne suis plus actif que lorsque je ne fais rien, jamais je ne suis moins seul que lorsque je suis avec moi-même." </crevesalope>




Je ne le sais toujours pas.




(Rondeau Alaide)

<alaide> L’océan dans ma maison ! Tout ce qu’on m’a appris sur l’impossible vient d’arriver, et ceci, chez moi, dans ma maison ! </alaide>




La stupeur passée, j’émets une hypothèse limite complotiste.




(Rondeau Evian)

<evian?> S’agit-il d’une réponse à toutes ces fois où je laissais couler l’eau pendant que je m’épilais les jambes ? Tu me connais, flotte. Et tu reviens pour te venger. Que ma maison soit engloutie, et que justice soit faite ? </evian?>




Combien de fois ai-je fait ce rêve que je coulais dans ma propre baignoire ! C’est pourquoi j’étais aussi sensationnelle dans mon improvisation.

Je remarque une chose.




(Rondeau Contrex)

<contrex?> Cette eau qui me bouche les narines est tellement sale, par-dessus le marché. Dégueulasse. </contrex?>




Ici, je voudrais un zoom sur mes dents du fond. Ce seront mes dernières paroles.




(Rondeau Champagne)

<champagne!> Cette maison était toute ma vie ! Quand vous trouverez mon corps entre les bris d’assiettes au fin fond d'une plage abandonnée, vous verrez quelle tête j’avais vraiment ! </champagne!>




Je me laisse tomber de ma chaise, et me mets dans la peau d’une flaque d’eau.


...


La faute à Evian ?
Contrex ?

Je n’ai pas eu le rôle.
On m'a donné le rôle d'une loutre.








Amsetou Tafebe

Ce poème n'a pas été écrit par Naomi Campbell



La revue Watts m’a demandé d’écrire à propos ou à partir de Naomi Watts. La revue Watts a toujours de drôles d'idées.

Il se trouve que Naomi est aussi le prénom d’une des mannequins que j’admirais, petite. J’ai donc préféré penser écrire une ode à Naomi Campbell.

Entre-temps, lors d'un atelier dans les bureaux de Flattag Entreprise, je suis tombée sur un poème de K. P., jeune poète d’Afrique du Sud, que j'ai voulu traduire. Ce n'est pas toujours facile d'obtenir les droits pour publier une traduction. C'est le cas pour K. P. Le poème est cependant lisible partout sur internet dans sa langue d'origine.

Alors j'ai trouvé mon poème : puisque K. P. ne peut pas être traduite sans s'adresser d'abord aux éditeurs et les payer très cher (je vous jure), je lui donnerai, en attendant, le prénom de Naomi, juste Naomi, pas Watts ni Campbell, afin qu'elle puisse se frayer un chemin jusqu'ici dans une autre langue, et que vous puissiez la lire en français dès maintenant. Les langues sont à tout le monde !



Ce poème n’a pas été écrit par Naomi Campbell.


Je veux quelqu’un capable de me regarder
et de m’aimer
à la manière dont les blancs voient
et aiment
Mandela.

Quelqu’un qui va me garder dans sa mémoire
à la manière dont les blancs conservent l’héritage de Mandela.

Un amant qui construira Robben Island dans mon arrière-cour
et me convaincra que j’ai un jardin,
de l’air pur, un arc-en-ciel et la liberté.

Un amant genre TRC*

Tu sais pas ce que c’est l’amour
tant que tu n’as pas été aimée comme Mandela.
Tu sais pas ce que c’est la trahison
tant que tu n’as pas été aimée comme Mandela.
Tu sais pas ce que c’est de se faire niquer
tant que tu n’as pas été aimée comme Mandela.
Tu sais pas ce que c’est la galère
tant que tu n’as pas été aimée comme Mandela.

Et c’est là un des nombreux résidus de l’esclavage :
être aimé comme Mandela.


*Truth and Reconciliation Commission, ndt.




2. POST-ORAL




Guillaume Dorvillé

Emmitouflé dans une serviette



Dans ce poème il est question
de la mort du marbre
de la peau des chevaux
de la couleur des huîtres
des cigarettes Marlboro que
tu fumais de la pierre
meulière de bustes en opaline
d'une photographie en noir et
blanc de tes cheveux d'air
comprimé dans une carabine
Hämmerli de moustiques et
de crabes de terre à
Fort-de-France d'un t-shirt
du Use Your Illusion Tour
des Guns N' Roses des yeux
verts de mon frère de la pluie
des volcans de Mitry-Mory de
trois tortues d'un chien noir
d'une urgence dans la nuit de
ton foulard sur tes cheveux de
statuettes africaines bamilékés
de jeans usés jusqu'à la corde
d'une guitare dans son étui de
trois fantômes de chats d'un
rendez-vous avec elle au bar
La Fusée de la Gare de l'Est
de la rue du Paradis de la rue
Quentin de la rue du Camp
de la rue des Bordes de la rue
du Gymnase de la rue
Berbisey de la rue Romarin de
la rue de Claye d'un passage
souterrain de la Marne de la
Seine de tes yeux verts de tous
les mystères du monde de la
magie noire des malédictions
de la tombe de mes
grands-parents d'un puits
d'une cheminée d'un faucon
épervier d'une photo de toi
sur ma table de chevet de
bruits de pas dans les cailloux
de ton pull blanc boulevard
Raspail de la place de la
Concorde de l'église du
Sacré-Cœur d'une affiche
de la Goulue par
Toulouse-Lautrec de plusieurs
dépressions d'un traitement
pour les rêves d'un vol
aller-retour Lyon-Bordeaux
à bord d'un Bombardier
CRJ1000 de la neige qui
tombe au rythme d'un
métronome de la neige qui
tombe sur ma montre de la
neige qui tombe sur des brins
d'herbe de la neige qui tombe
sur les pattes d'un chat




Stéphane Vromanne

Petite contribution à une poétique du wwoofing



Poëtes, je suis trop degousté.

Le deuil et le juste
Dépit (lecteur) que j’ay eu de voir
Nostre poësie toute souillee et abastardie par un tas
D’esclaves imitateurs
Qui se sont impudemment fourrez
Entre les plus sçavants d’aujourd’huy, m’a
Tellement degousté
De notre ryme
Pour la voir aussi commune
Aux indoctes qu’aux doctes,
Que je me suis proposé une nouvelle voie :

Surf Poetry & Wwoofing, bro !

Grâce à des stages de survie organisés
Par des guides chevronnés
De la ryme eco
Responsable, les rymasseurs
Apprendront à construire des catamarans
Et à reconnaître le nombre, les mains et les piedz
Des plantes comestibles de toutes
Les Zones De Travers À Défendre.

Pour nous qui sommes françois,
Il faut suivant la ZDTAD
Et l'équité de l'usage
Retenir le juste nombre
Des vagues insurecctionnelles
Dont le vers doit estre formé, le juste
Sens du vent,
Le vray repos des hemistiches,
Et le rymel bio
Qui sert à adoucir les vices
D'une tres-douce harmonie, afin qu'en ces observations
Qui sont du tout belles, belles, belles
Comme* le jour
Et convenables au langage
Claudiquant françois,
Nostre poësie de wwoofeurs en demeure
Exactement percluse
De toutes les cabanes pétées
De l'éloquence qui luy est deuë.


*Lâche ta diérèse, bro !




Jeff Derksen

Instantané : vis dans la ville



Traduit par Samuel Rochery


Est-ce la domination du monde
ce glouton et massif
mouvement de biens bidons la plupart du temps
d’aspirations personnelles
ou juste la spéculation envahissante
de points com franchement barrés ?
Avec tes inquiétudes, droits, libertés, etc,
gagnés difficilement
sur la base d’un prénom
essaie d’imaginer que tu vis
dans ce siècle (cette ville). Bien. Maintenant
gare le Véhicule de Fonction des Sports
et circule librement
entre l’information culturelle
en compétition et les traditions
auxquelles tu as accès.
Je suis juste (« mais comment en êtes-vous
arrivé là ») un peu comme assis
à imaginer un monde sans murs
ni tapisseries, genre modernisme « réflexif » ou
« second » ou « de forme libre »
mais avec de meilleurs boutons de porte encore
et des ateliers de poésie homologués
pour les masses (saskia sassen). Et je fais confiance
à l’art pour qu’il m’aide (pourquoi pas, bébé)
à traverser le regard vide de la communauté
(continuez à faire que je m'accroche). Si c’est
ma haine de la musique classique
qui me sauvera
à la fin
montrez-moi
un siècle
meilleur (glacial), plus social, moins
pharmaceutique et sûr de l’échec
de la causalité, papounet
ce sont seulement des idées, pire (le pire)
encore, des mots
et pas des gens qui ouvrent
leurs fenêtres pour s’assurer
du temps du petit matin
(postiers à la retraite
en bon état) dans la naissante
petite Europe
dans le quartier des affaires lyriques
qui entoure la ville
« ceinture le globe »
« l’image d’un moteur »
« la nouvelle mobilité
des gens et de l’argent »
« productions industrielles » « Thaïlande,
Japon et Time
Warner, Tokyo, Toronto, Turquie, chô-
Mage, unions, Royaume-Uni,
Nations, Uruguay.”

De la musique. Des films.




VanHonfleur DelaBodega

Deux poèmes



J'AI TROUVE UN BRAS







FAITS DIVERS & AUTRES DIVERSIONS



Un battement de gland de gnou en Afrique
engendre
une convention de glandus du bulbe climatosceptiques
[à Miami.


*


Badigeonné de guacamole
il se jeta dans une piscine de tortilla
et en mourut aux anges.


*


Il mélangea l'ADN d'une rose rouge, de Godzilla et de sa fille morte pour refaire le monde.


*


Forme-toi au Vide Intersidéral !!!!!!! La formation au vide intersidéral se compose de douze modules SANS VIE ET SANS OXYGENE, pratique pour pouvoir travailler dans n'importe quelle entreprise étouffante !


*


La langue rouge du Schtroumpf noir dans le vagin blond de la Schtroumpfette bleue.


*


Piégé par mégarde à l'intérieur d'une convention free hug de cosplay rondoudou, il succomba asphyxié dans un bain âcre de sueur rose, d'un dernier soupir saumâtre.


*


Depuis qu'il a une tête de crevette, chacun veut le tremper dans sa mayonnaise.


*


L'entreprise HappyBrain rappelle plus de 1000 cerveaux mal configurés. Si jamais vous êtes en possession d'un cerveau acheté récemment, surtout, ne vous le greffez sous aucun prétexte.


*


Aujourd'hui, pastèque pour tout le monde! dit le manager en lançant des énormes pastèques sur les employés. Atteinte à la tête, Sophie n'a pas survécu.


*


Le ministre de l'intérieur
met en place un suivi plus intérieur
avec des nano-CRS Mini-mobiles infinitésimaux
qui se glisseront
subrepticement
dans le cul des gens
pour les suivre à la trace


*


Chers collègues, je tiens à excuser mon comportement scandaleux et totalement inapproprié de vendredi dernier. Non, je n'enverrai plus de mails à aucun d'entre vous en faisant l'hélico-bite sur le clavier. Ps : ce mail vient d'être écrit avec mon majeur bande d’enfoirés mouaaaahahahaha.


*


- Tu sais, en ce moment, je ne me sens pas très bien, j'ai l'impression de tomber dans un précipice sans la moindre lumière tandis que mon corps se désosse en morceaux de chairs mitigées.
- Tu veux un sandwich ?


*


dans les chiottes ça sent
un mélange de fraise aérosol et de caca
c'est une métaphore de la vie.




Rochery + Guezo + Vromanne

Google bâtard



1.

Vous manquez d'assurance pour vos fins de mots ?
Google a la solution.





2.

T'hésites à faire de la poésie ?
Google, ce gros bâtard, même pas il te suggère
de prendre des cours de pole dance !







3.

Inspirés par le terrorisme d'Etat,
vous cherchez à fédérer des poètes tueurs ?
Google, ce gros bâtard,
vous suggère de fleurir votre tombe.













Ce vingt-deuxième numéro de Watts
a été achevé de coder
le premier novembre 2019,
sur la tombe magique de Robert Watts.